Rechercher dans ce blog

mardi 16 décembre 2008

David et Abigail, ou la narration graphique comme outil pédagogique.

"Nul n'est prophète en son pays" est un constat souvent malheureusement établit. Roanne n'échappe pas à la règle, et combien ont souvent entendu qu'il ne s'y passait rien (...)
Outre le fait que périodiquement quelques évènements culturels viennent perturber cette (presque vraie) réalité, il existe quand-même à Roanne un certain nombre de professionnels, associatifs ou autres qui arrivent, ou sont arrivés ponctuellement, à force d'imagination, de ténacité et surtout de talent à poser quelques jalons.

On pourrait citer quelque galerie d'art, quelques bars programmant ou ayant programmé des concerts, quelque association ayant réussi à proposer des éditions et/ou des programmations de qualité (littérature, cinéma, théâtre, musique...), ou quelques employés ou contractuel municipaux ayant su faire accepter de nouveaux projets qui n'auraient sans doute sans eux jamais vu le jour.

L'atelier pédagogique proposé depuis 2007 autour de la peinture et de la bande dessinée au Musée Joseph Déchelette fait partie de ces "Atouts roannais".
Une originalité née de la passion et de l' expérience riches dans ces deux domaines de Christian Chavassieux, assistant au Musée depuis cette année 2007, et auparavant employé au service communication de la ville (et depuis peu auteur publié ).
Christian ayant déjà été rapidement présenté sur ce blog (*), aussi nous nous attarderons plutôt sur l'intérêt et l'originalité de ce projet.


"Mettre en évidence les méthodes de narrations dans la peinture : du tableau à la BD" a été à l'origine l'objet d'un rapport de FAT (Formation avant titularisation; 20p., Juin 2008), mais c'est d'abord la passion et l'intérêt que voue Christian C. à l'art en général et à ces deux médias culturels qui ont déclenché cette idée.

Présenter une oeuvre très narrative tirée des collections du Musée à des classes de CE2-CM et leur faire appréhender celle-ci grâce à une bande dessinée créée pour l'occasion, (re) développant en cases les scènes implicites (mais pas pour tout le monde justement) contenues dans le tableau, tel était l'objectif.

Le tableau choisi a été celui de Franken "David et Abigail" (vers 1630-1636), mettant en scène un épisode antique conté dans la bible. (Livre de Samuel XXV, 2-3)
Pour cela Christian a fait appel à Cedric Fernandez, alias Shingo, auteur de bande dessinée stéphano-roannais ayant été "découvert" (ou révélé ?) par l'association Ikon & Imago (2000-2007) dont il a fait partie avec Christian.
Ces deux se connaissent bien puisqu'ils travaillent ensemble sur quelques projets (C. Chavassieux : scénarios, C. Fernandez : dessin), et c'est ainsi qu'à put être réalisée une bande dessinée de trois planches, qui servirait à l'atelier comparatif. Cédric Fernandez a un trait très "classique" (dans le sens positif du terme) qui se prêtait d'ailleurs bien à la thématique antique du tableau.

Au final, et pour résumer, les élèves devaient, après explications auprès d'une animatrice, et "lecture" des 3 oeuvres (Passage du récit biblique, tableau et BD), puis repérage des trois grandes phases du récit, écrire eux-mêmes dans les bulles laissées vides à cet effet les dialogues des deux principaux protagonistes de "l'histoire".

Cet atelier a été un franc succès, ce dont je n'aurais jamais douté en tant qu'amateur de narration graphique. Et même si il pourra et devra connaître des évolutions (des pistes ont d'ailleurs été émises par Christian lui-même), les contingences techniques liées à une classe scolaire (timing, attention des élèves, car...) mettront sans doute un frein à celles-ci.

Toujours est-il qu'à l'heure où l'on ne compte plus les demandes d'animations autour de la bande dessinée, en milieu scolaire ou associatif (centres sociaux) (On peut d'ailleurs se demander si c'est un phénomène de mode, lié à la sur-production/médiatisation mondiale autour de la BD, ou, oserai-je : l'influence des divers ateliers proposés entre 2001 et 2007 par Ikon & Imago sur le bassin roannais ?); cette initiative se pose comme un des aboutissements les plus intelligents et pérenne qu'on puisse proposer dans ce domaine.

Une grande satisfaction, en tant qu'ancien président d'Ikon & Imago, et une belle réussite, qui j'espère pourra être mis d'avantage en perspective lors de prochaines manifestations autour de la bande dessinée.

2 commentaires:

Christian a dit…

Belle analyse, belle synthèse. Il fallait en vouloir, pour se fader la syntaxe théorique du dossier et la résumer ainsi dans une notre claire et qui donne envie.
Cette animation est suspendue pour l'insatnt, la salle des peintures étant occupée par une exposition temporaire. Elle est effectivement très demandée.

Hectorvadair a dit…

Comme dirait Tanitoc, qui a répondu, 2 ans après la note originelle sur mon premier blog Hautetfort à propos d'un article consacré à l'une de ses bandes, : "Trop aimable".